Aller au contenu principal
06/01/2022

Projet Fibrabeton : développer des bétons innovants et plus écologiques incorporant des fibres végétales

Le projet FibraBéton est une solution innovante de fibres végétales techniques pour le marché des chapes et des bétons fibrés ultra hautes performances (BFUP) qui répond à l’enjeu d’amélioration de la performance environnementale des bâtiments.

06 jan.

La Recherche à l'ESTP Paris /

Le secteur des bétons est engagé depuis plusieurs décennies dans une dynamique d’innovation de long terme, afin d’amener sur le marché de nouvelles fonctionnalités, des prix plus compétitifs, des systèmes de pose clé en main répondant aux usages de la profession, et des solutions plus respectueuses de l’environnement.

D’autre part, la réduction de l’empreinte carbone et l’optimisation de l’efficacité énergétique sont les enjeux incontournables auxquels fait face le secteur du bâtiment. C’est dans cette optique que les équipes de recherche de l’Institut de Recherche en Constructibilité (IRC) de l’ESTP ont répondu à l’appel à projets APR GRAINE de l’ADEME édition 2017, en partenariat avec le cimentier Vicat et l’entreprise FRD. Ainsi, le projet Fibrabeton a vu le jour avec le soutien de l’ADEME, la Région Grand-Est et le FEDER.  

Le projet FibraBéton vise à mettre sur le marché une solution innovante de fibres végétales techniques pour le marché des chapes et des bétons fibrés ultra hautes performances (BFUP). L’idée de remplacer les fibres polymères utilisées jusqu’à présent par un matériau biosourcé qui répond à l’enjeu d’amélioration de la performance environnementale des bâtiments.

Labellisé par le pôle de compétitivité IAR, leader européen de la bioéconomie et de la valorisation de la biomasse, le projet Fibrabeton a ceci d’innovant : il valorise, au-delà de leurs propriétés thermiques, les propriétés mécaniques et anti-fissuration spécifiques des fibres végétales destinées à développer des bétons nouvelle génération, plus écologiques.

Ce projet original s’attache à lever les verrous scientifiques qui freinent le développement économique de ce type de nouveaux matériaux. Outre un enjeu technique, le projet Fibrabeton a ainsi pour ambition de proposer à terme une solution à impact environnemental réduit par rapport aux solutions utilisées actuellement, la mise en place d’une filière complète et 100% française de production et de commercialisation, et in fine l’utilisation de process moins énergivores. 
L’ensemble des travaux permettront de confirmer la faisabilité de la mise en place d’une telle filière de production en réponse aux attentes du marché, au travers de nouvelles formulations cimentaires et d’une étude des performances durables des matériaux issus de ces formulations.

Ce projet financé par l’ADEME, la région Grand-Est et le FEDER, implique le groupe français VICAT qui fournit le ciment et réalise les essais à l’échelle industrielle en vue de la mise sur le marché ; la société Fibres Recherche Développement (FRD) qui prépare les fibres végétales dans le respect du cahier des charges ; et l’ESTP qui mène les travaux de recherche et travaille sur la caractérisation de trois formulations dans son laboratoire de Troyes.

Piloté pour l’ESTP par Benitha Vasseur, enseignant-chercheur et coordinatrice pédagogique sur le campus de Troyes, le projet Fibrabeton donne lieu à une thèse et un post-doctorat. La thèse est menée par Sergio Pons Ribeira, ingénieur de recherche doctorant à l’ESTP sur le Campus de Troyes, sous la direction de Rabah Hamzaoui, enseignant-chercheur (HDR) et encadrée par Johan Colin et Benitha Vasseur, enseignants-chercheurs de l’ESTP Paris. Le post-doctorat est mené par Sofien Saidani, basé également sur le Campus de Troyes, sous la direction de Benitha Vasseur.